Victime de maléfices ?


    Parce que beaucoup de signes chez ceux qui sont obsédés ou victimes de maléfices sont communs avec des maladies, parce que le démon pour amener la haine des créatures de Dieu ou pour cacher lui-même plus facilement se mèle souvent à diverses pathologies, le prêtre se doit de faire preuve de discernement et de ne pas accorder d'emblée crédit aux dires de la personne tourmentée. Il ne juge pas non plus immédiatement que quelqu'un est possédé ou victime de maléfice, mais il est circonspect et pèse toutes choses avec une grande prudence. On invite tout d'abord la personne tourmentée à consulter un médecin et à faire un bilan de santé complet. Dans le cas d'une maladie (mentale ou autre), l'exorciste invite la personne à se soigner sérieusement.

    En recherchant et en examinant s'il y a possession du démon physiquement, on commence par s'enquérir de la cause pour laquelle le diable est supposé être entré. Habituellement toutefois, des péchés sont en cause. Le plus souvent, se manifestent le désespoir, en raison de la perte des biens ou de la vie matérielle, ou le fait d'avoir une familiarité excessive avec le démon ou des hommes qui font commerce avec lui ou parfois, malheureusement, l'imprécation des patents ou des proches. Il peut s'agir aussi de l'ignorance de ces choses par lesquelles on se protège contre les tentations du diable. Quelquefois, trop d'anxiété ou de scrupules réduisent les hommes à la misère s'ils ne consultent pas à propos un confesseur expérimenté, comme cela arrive pour ceux qui sont tentés.

 

    On recherche aussi de quelle manière le démon est supposé être entré. Les démons ont parfois l'habitude, avant d'entrer dans le corps, d'apparaître aux hommes sous quelque forme plus ou moins terrifiante, également la nuit ou dans des lieux sombres ou isolés. Il leur arrive d'envoyer des rêves horribles à ceux qui dorment et de les épouvanter ou même de mettre les corps en pièce misérablement. Ils peuvent entrer sous le mode du vent, sous la forme d'un petit animal. Il peut sembler à la personne qu'un courant d'air glacé ou une présence parcourt tout le corps de la tête au pied.

    Mais, parce que chez l'être humain, l'imagination a une grande force et que les apparitions variées opèrent souvent des effets étonnants dans les corps, on ne s'attache pas toujours trop aux manifestations dont il vient d'être question ni aux autres identiques, à moins que de nouveaux signes vraisemblables ne viennent confirmer les précédents, tels ceux tirés de l'Ecriture Sainte. Des douleurs qui reviennent régulièrement et une fatigue quotidienne peuvent être un signe d'appel.

 

    On peut avoir encore des indices des yeux et du visage qui sont plus effrayants que de coutume, de leur langage. Ils blasphèment contre dieu et les Saints. Ils diffament sans cause des proches, et ils profèrent des absurdités, contrairement à leurs habitudes.  Ils peuvent parler des langues étrangères qu'ils n'ont jamais apprises ou parlées, et ils les comprennent quand d'autres les parlent. Ils savent traiter de connaissances théologiques avancées et interpréter les Saintes Ecritures. Ils proclament des événements déjà oubliés ou à venir, des secrets cachés et les secrets de la conscience des personnes présentes. Quelquefois aussi, à l'opposé, ils sont rendus complètement stupides et insensés.

    Il n'est pas rare qu'on voit le démon se manifester dans une partie du corps du possédé. Parfois, les affligés sentent courir comme des fourmis sur tout le corps entre la chair et la peau. D'autres ont tout le corps comme piqués par des aiguilles, ou comme un souffle qui descend de la tête au pieds. Quelquefois, la langue enfle puis reprend sa taille normale en un instant, des éruptions cutanées apparaissent. La gorge se met à gonfler de façon extraordinaire, provoquant une toux sèche, ou tord la langue de manière étonnante et la fait sortir par la bouche démesurément ouverte. Dans d'autres cas, il imite la voix de personnes connues ou disparues, ou de divers animaux. L'association de plusieurs de ces signes sera une grande certitude de la véracité de la possession ou du maléfice.

 

    Dans l'Ecriture Sainte, on voit que quelques possédés deviennent, jour après jour, plus obstinés contre Dieu et toujours plus désobéissants en ce qui regarde son service. Certains sont subitement affectés de maladies variées, grinçant des dents. ils sont projetés à terre d'une manière extraordinaire et affligés de diverses façons. La bouche écumante, ils cherchent à se détruire. Ils sont parfois jetés dans l'eau ou dans le feu comme cela apparaît en différents passages de l'Ecriture. Il leur arrive d'être traqués pour un certain temps. En outre, le trouble s'installe en présence d'un prêtre ou d'objets sacrés (crucifix, statues pieuses, reliques, etc...). On peut présumer que la personne est vraiment tourmentée s'il ne sait pas que les reliques et les autres objets sacrés sont là. De fait, les possédés ont coutume d'avoir en haine tout ce qui est spirituel. Ils ne veulent pas entrer à l'église, et si on les y fait rentrer, aussitôt, ils s'enfuient de là ou ressentent un malaise très intense. Ils refusent l'eau bénite, ils ne veulent ni recevoir, ni baiser les images des Saints, et surtout pas le crucifix. ils ne veulent pas dire les paroles sacrées et ne veulent pas non plus les entendre. Si on les oblige à accomplir une cérémonie d'église  ou à prendre part à l'office divin (spécialement le Saint Sacrifice de la Messe), ils sont tourmentés avec la plus grande force. mais, quand ils sont en possession de leurs moyens, ils souhaitent et déclarent vouloir faire tout cela et désirer faire des choses saintes, mais disent qu'ils en sont empêchés.